Étape forcée

Lundi 13. On a eu beau chercher, impossible d’aller vers la mer à partir de Battambang. Les routes qui longent la frontière thaïlandaise à l’ouest ne sont pas praticables et il faudrait traverser les montagnes Cardamones, tout aussi infranchissables. Il faut donc passer par Phnom Penh pour nous rendre à Kampot, notre prochain objectif, soit 12h de route… Tant pis, on fera une étape chez Seng, ce qui va nous permettre de nous délester de quelques achats et autres objets inutiles pour la suite.
Cette fois-ci, on décide de prendre un mini-van qui devrait nous faire gagner 2h. Bon choix, malgré nos craintes : on a de la place pour les jambes et les horaires sont quasi respectés. Du coup, nous voilà relativement tôt à l’Europ Guesthouse juste avant qu’un orage violent éclate : éclairs violents, tonnerre et trombes d’eau pendant plus d’une heure… La ville est sous l’eau, la circulation est quasi impossible. Au carrefour, le niveau de l’eau est si haut que des gamins s’amusent à nager, comme dans la piscine.
Assis sur la terrasse devant l’hôtel, on attend que ça se passe. Cela nous permet de rencontrer Christophe, un ami de Seng. Il tenait une guesthouse à Kep, où nous voulons aller, et connaît bien la région de Kampot. Maintenant, il habite à Madagascar et revient au Cambodge pour faire de l’importation de Jean (pas Gabin mais ce pantalon en toile bleu, vous savez) ? Bref, il nous dit tout, tout, sur ce qu’il faut faire, et ne pas faire, là-bas. Nous voilà parés pour prendre le mini-van (on y a pris goût) commandé pour demain matin.

Publié dans : Cambodge 2017 |le 14 novembre, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Voyagebombayinde |
fridaynow998d |
Clarisse erasmus à poznan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to improve yo...
| Melaustralian
| HOME SITTING 16