Stari par ci, Stari parlà

Lundi 19. En France, quand on a un pneu endommagé comme le nôtre, il faut le changer et, comme il est impératif d’équilibrer le train, ce n’est pas un mais deux pneus qu’on doit racheter. Résultat des courses, sur un fourgon comme le Traffic, on en a au minimum pour 300€. Ici, comme dans beaucoup de pays moins « modernisés », le système D fonctionne encore et il existe toujours des « vulcanizer ». Au troisième auto- service, on tombe sur le bon qui, le temps de prendre un café et pour 12€, nous répare le pneu, remet les roues en place et vérifie même la pression de l’ensemble. On repart le cœur léger et le pneu gonflé vers Stari Bar, une autre ancienne ville fortifiée qui domine la plaine d’où l’ennemi… Non, non, je divague.
Celle-ci est en grande partie en ruine. Elle fut le fleuron des hobereaux du coin et a subi les attaques turques et autres assaillants mais surtout celles du temps. On y circule comme dans les vestiges d’une ville grecque ou romaine en imaginant les différents lieux de vie de ses occupants : maisons, échoppes, églises, citernes, viaduc… Pas toujours très parlant.
La route continue. Moins urbanisée. Petit détour vers Valdanos au milieu d’oliviers plusieurs fois centenaires. Le tronc de chaque arbre est une sculpture en elle-même. La crique de Valdanos est une petit merveille, complètement préservée avec ses cyprès qui longent la plage. On pourrait y camper en « sauvage ». Manque de chance, on est en zone militaire et il faut quitter les lieux avant 19h.
Nous voici arrivés à Ulcinj, ville moderne, vivante et animée. Béa veut absolument aller au marché Zelena. Difficile à trouver. On se paume un peu dans la ville, le plan du guide Évasion est bien vague. Finalement on trouve la vieille ville, également fortifiée.
Ici, c’est le séisme de 1979 qui a fait des ravages. Peu de choses sont restées debout. Certains bâtiments, surtout des hôtels et des restaurants, ont été reconstruits mais on ne ressent pas vraiment d’âme dans cette ville. Au détour d’une rue, on tombe sur le toulousain que l’on avait rencontré à Kolasin. Nos circuits se croisent. On en profite pour échanger nos différentes expériences.
Bon, il est temps de se poser. L’immense plage de Velika Plaza, 12km de long, juste avant l’Albanie nous propose le Miami Beach camping. On s’y arrête pour « recharger les batteries » et reposer mes cervicales qui en ont pris un coup lors du changement de roue.

Publié dans : Monténégro 2016 |le 22 septembre, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Voyagebombayinde |
fridaynow998d |
Clarisse erasmus à poznan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to improve yo...
| Melaustralian
| HOME SITTING 16