Jeudi 7 : panne en pleine course

Des journées sans rebondissement, c’est pas drôle. Cet AM, Philou nous a fait le coup de la panne sur Charles de Gaulle au moment où on allait retrouver Gaston Gaboré, un des grands du cinéma Burkinabé. Un problème de freins sans doute qui provoque un bruit d’enfer. Aussitôt, un coup de tel à Ousmane et le temps pour Cathy, Béa et moi (Philou est resté près de la voiture) d’aller à l’hôtel Azalaï (nous on l’appelle toujours de son ancien nom, hôtel Indépendance, *****) et de prendre tranquillement un verre au bord de la piscine et les voici qui reviennent le problème résolu, provisoirement, car il faudra qu’Ousmane, notre homme providentiel, réintervienne à notre retour devant la Case d’hôtes.
Sinon, la journée fut encore celle des courses chez les artisans. D’abord en retournant au marché central pour constater avec plaisir qu’Omar est revenu d’Abidjan. On le taxera de deux chemises au passage. Béa en profitera également pour acheter quelques pagnes de coton pour faire sa housse de couette et quelques autre fanfreluches. Quant à moi, j’ai réussi à négocier mes deux bogolans à 32000F soit environ 45€, c’est bien. Ici, on fonctionne sur la confiance : je lui ai donné 20000F d’avance et il doit les faire pour jeudi… Inch´allah.
Cathy et Philou, eux, continuent leurs achats pour les expos… Encore une vingtaine de bronzes, quelques bijoux (seulement car les touaregs ne sont pas là et on ne trouve pas d’argent) et autres bricoles.
Le soir, Béa et moi, on s’est régalé avec le poulet Yassa de la pizzeria Terra Nostra.

Publié dans : Afrique 2013 |le 8 novembre, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Voyagebombayinde |
fridaynow998d |
Clarisse erasmus à poznan |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The right way to improve yo...
| Melaustralian
| HOME SITTING 16